Je me suis fais voler mon idée de faire un patchwork sur le thème du BLEU… J’ai volé cette page dans un magazine chez le dermato cette semaine, je la trouvais trop Cool… je savais que j’étais « IN » hahaha ! Je vous reviendrai avec mon patchwork avec le mot Bleu… la plus belle couleur du monde entier.


Ce gars là c’est le Québécois-Italien qui swing la bacaisse dans l’fond de la bouète à bois !  J’aime bien sa musique festive car tout à fait mon genre mais je ne peux pas l’écouter trop longtemps parce que c’est comme prendre 4 espressos – americano en ligne !! Mais sa chanson Bella Ciao qui m’a fait danser comme une russe à mon mariage me rappelle bien la fougue qui m’envahie à la pensée de l’Italie. Voici 2 chansons qui l’ont popularisé dont la chanson Americano qui se moque un peu du côté superficiel des americains (canadiens inclus) en général.  Un clin-d’oeil à la superficialité de nos jours et au côté ludique de ce Cirque superficiel !!

Cliquez ici pour le vidéo promo de Marco Calliari

Spectacle peut-être à St-Hyacinthe avec Bella Ciao




Excellente performance de Diaraby Magni par Vieux Farka Touré qui joue dans mon ordi,
j’adore les percussions, ca décolle !! Waahoooo!

cliquez ici pour le vidéo sur VIMÉO

( je ne peux pas l’intégrer dans WP semble-t’il )


Is Love, sweet Love… J’ai suis tombée sur un article du Freshly Pressed (WordPress) où il y avais ce vidéo et  étrangement, quelques minutes plus tard, cette chanson jouais dans mon iTunes. C’étais  probablement un signe que je devais vous la partager.  Cette performance de Jackie DeShannon date de 1965,  mais le message est toujours actuel et de plus en plus de circonstance (voici les paroles). L’Amour, c’est tout ce que les gens ont besoin sur cette Terre. Ca commence par l’amour de soi (non-égocentrique) et s’ensuit l’amour pour les autres. Ce n’est pas toujours évident dans ce monde individualiste où les humains sont souvent centrés que sur eux-mêmes, mais l’Amour est tout et a le pouvoir de tout et ne doit pas exister que dans les films.


I’m a copy-paste girl… in a Barbie World… Heee non, a Virtual World. Je copie-colle des textes et images pour une quinzaine de dépliants pour la programmation Ciné-répertoire pour les cinémas du Québec, dont Beloeil, St-Hyacinthe, Sainte-Adèle et un peu partout… je suis étourdie à force de répéter les mêmes gestes sans arrêt depuis quelques jours !! Ouf ! j’ai presque fini !  Ce qu’il y a d’intéressant c’est la programmation et le fait de devoir parfois regarder (quand je n’ai pas déjà vu le film) le Trailer (ou preview) pour choisir la bonne photo à placer.  Je vous donnerai un aperçu du résultat bientôt. Ça me fait penser à la toune de Daft Punk TECHNOLOGIC… je suis dans ce beat et me sent comme cette bibitte là :


Je sais, je vous fais du postage de paresseux, avec mes vidéos Youtube, mais c’est pas grave, regardez ça en attendant que je sois moins embourbée dans mes affaires.
J’ai découvert ce groupe par mon mari qui m’a montré un jour ce long film, un collage de scènes filmées au début du siècle (1929) en Russie.  La façon dont cela est filmé est assez spéciale pour l’époque, des effets de vitesse et superposition… The Cinematic Orchestra, musique aux mouvements poétiques est toujours excellente et colle parfaitement aux images de ce film. Patrick Watson a d’ailleurs déjà collaboré avec eux, quelle bonne idée.

Man With The Movie Camera – Wikipedia
www.cinematicorchestra.com


Ce que j’écoutes là en travaillant….   aaaargentiiinaaa….

Ils sont géniaux autant musicalement que visuellement… j’ai vu le spectacle et c’étais un pur délice !


En fin de semaine nous avons reçus des amis et mon adorable belle-soeur est venue aussi et nous avons fait les fameux gnocchis traditionnels de la famiglia, c’étais la première fois que je roulais mes gnocchis, un peu comme on roule son premier joint… quoique plus simple, et probablement plus santé ! Donc, me voilà initiée à la fabrication des gnocchis. La recette est simple, ricotta et farine, le tout mélangé dans un bol, ensuite on fait un long rouleau, on coupe en petits morceaux que l’on écrase en roulant et puis la petite « pichnotte » de la fin qui crée la boulette en forme de cuiller. La forme artisanale diffère de la forme parfaite commerciale que l’on retrouve sur les tablettes, mais le goût est le même !  On fait ensuite cuire dans l’eau bouillante jusqu’à temps que les gnocchis flottent à la surface.  À cela on ajoute la meilleure sauce tomate de la PLANÈTE que je fais avec mon mari, rituel auquel j’ai pris goût à faire comme une petite tradition familiale maintenant… On sert avec du bon vino et le tour est joué.